Quelles aides pour un achat immobilier ?

Vous envisagez d’acquérir une résidence principale ? Vous avez un projet d’investissement locatif ? Pour optimiser votre plan de financement, vous pouvez compter sur un certain nombre de dispositifs mis en place par l’État : PTZ, prêt d’accession sociale, Pinel… Il y a forcément une aide à l’achat immobilier faite pour vous, en fonction de votre profil et de la nature de votre projet ! Faisons ensemble le point sur les aides à l’achat d’un logement.

Le prêt à taux zéro (PTZ)

Réservé aux primo-accédants et aux candidats à l’achat qui n’ont pas été propriétaires au cours des deux années précédant la demande, le prêt à taux zéro (aujourd’hui dans sa version "renforcée") permet de financer jusqu’à 40 % du coût de l’opération. Accordé par l’État par le biais d’une banque conventionnée, le PTZ a pour avantage de ne pas générer d’intérêts sur la somme octroyée. Cette aide au premier achat immobilier est néanmoins soumise à des conditions : plafonds de ressources, nombre de personnes qui constituent le foyer, acquisition d’un logement neuf utilisé à titre de résidence principale (le PTZ existe dans l’ancien, mais avec un champ d’application plus strict). La zone géographique est également prise en compte dans le calcul du montant accordé : jusqu’à 40 % dans les secteurs tendus (zones A, A bis et B1) et dans la limite de 20 % ailleurs (zones B2 et C). Notez qu’il est possible de cumuler le PTZ avec un crédit immobilier classique et avec une autre aide à l’achat immobilier (ou plusieurs).

 

Le prêt d’accession sociale (PAS)

Le PAS est un prêt accordé par les banques sous conditions de ressources aux ménages souhaitant acquérir une résidence principale. Il permet de couvrir 100 % du coût de l’opération d’achat d’une résidence principale, dans le neuf comme dans l’ancien, tout en bénéficiant d’un taux d’intérêt avantageux et de frais réduits (frais de dossier et garantie du prêt). La bonne nouvelle, c’est qu’il ne s’agit pas exclusivement d’une aide au premier achat immobilier : tout candidat à l’acquisition peut la demander. Il est également possible de l’adosser à une autre aide à l’achat d’un logement.

 

Le prêt conventionné (PC)

Il s’agit d’une aide de l’État pour un achat immobilier sous forme de prêt proposé par les banques. Son taux d’intérêt est plafonné en fonction de sa durée. Le prêt conventionné est accessible à tous les profils, mais seulement pour l’acquisition d’une résidence principale (neuve ou ancienne). Il peut également servir à financer des travaux d’amélioration ou d’agrandissement dans un logement existant. Contrairement au PAS, il est octroyé sans condition de ressources, ce qui en fait une aide à l’achat immobilier très ouverte.

 

Le prêt action logement et le prêt fonctionnaire

Ces deux prêts sont accordés aux salariés des entreprises, privées pour le premier, publiques pour le second. Le prêt Action Logement est octroyé dans les sociétés de plus de dix salariés qui cotisent au fonds de participation des employeurs à l’effort de construction. Il ne permet de financer qu’une petite partie de l’opération, étant limité à 25 000 €, pour l’acquisition d’un logement neuf ou ancien avec travaux, à titre de résidence principale. Son avantage ? Un taux d’intérêt réduit qui correspond à celui du livret A en vigueur pendant l’année N-1 (avec un taux plancher de 1 %). Quant au prêt fonctionnaire, il s’agit d’une aide à l’achat immobilier réservée aux agents de la fonction publique. Il fonctionne de la même manière que le prêt Action logement, à ceci près qu’il est octroyé en complément d’une autre aide à l’achat d’un logement (PAS ou PC) et sous conditions de ressources.

 

Les aides des collectivités locales

Dans certains secteurs, il est possible d’obtenir une aide au premier achat immobilier auprès de la commune, du département ou de la région. Ce sont les aides des collectivités locales, qui peuvent prendre la forme d’un prêt ou d’une exonération de taxe foncière. Par exemple : le Prêt Paris Logement 0 % dans la capitale (une sorte de PTZ local), le Chèque Premier Logement à Marseille, ou le Prêt Logement à Nice. Renseignez-vous auprès de la mairie, du conseil départemental ou du conseil régional pour savoir s’il existe une aide à l’achat immobilier dédiée. Vous pouvez aussi consulter le site de l’Agence nationale pour l’information sur le logement (ANIL) pour connaître la liste des collectivités impliquées dans ce dispositif.

 

Le dispositif Pinel pour l’investissement locatif

Les aides de l’État ne se limitent pas aux résidences principales. Par le biais des dispositifs de défiscalisation, le gouvernement entend favoriser l’acquisition de logements neufs à mettre en location. C’est tout l’objet du mécanisme Pinel qui permet d’acheter un bien immobilier neuf et de le proposer à la location pendant 6, 9 ou 12 ans, en échange d’une réduction d’impôt allant jusqu’à 21 % du coût de l’opération, soit un maximum de 63 000 € d’économies. Cette réduction est calculée en fonction d’un double plafond : le prix global du bien (300 000 €) et le prix au mètre carré (5 500 €/m2). La mise en location dans l’année qui suit l’achèvement des travaux est obligatoire, ainsi que le respect de deux conditions financières : les ressources des locataires sont limitées, et le loyer doit être inférieur à un plafond fixé par l’État. Enfin, il faut savoir que cette aide à l’achat immobilier n’est éligible que dans les zones tendues (A, A bis et B1), sauf exception.

Vous êtes éligible à l’une de ces aides ? Découvrez les programmes neufs proposés par Pichet Immobilier et concrétisez votre projet d’acquisition !

 

PRENDRE RENDEZ-VOUS AVEC UN CONSEILLER